Simplement être

Je réfléchissais durant les derniers jours à ce que je pourrais bien écrire d’intéressant pour mon prochain article. J’observais les gens dans le métro, certains avec la tête baissée, repliés sur eux-mêmes tout en dégageant une assurance quelque peu surréelle… Il m’est donc venu à l’idée de traiter de la place prise par les rôles que nous jouons, que ce soit par choix ou parce qu’ils nous sont imposés par la société dans laquelle nous vivons. Est-ce que le fait de vouloir bien jouer nos rôles nous fait perdre l’essence même de qui nous sommes vraiment?

Nous voulons tout contrôler et nous tenons à agirparfaitement dans nos divers rôles : professionnel, ami, parent, conjoint, artiste, athlète, yogi, personne souriante, à la mode ou rebelle, etc. Ces rôles dictent nos façons d’agir, mais, fondamentalement, ils ne représentent pas qui nous sommes. Jeunes, nous avons appris qu’il est important de bien paraître devant les autres pour nous faire accepter, mais cette idée du « bien paraître » n’est qu’un masque. Bien sûr, il y a des règles de savoir-vivre auxquelles nous adhérons en tant que société et chaque rôle a sa raison d’être. Cependant, donnons-nous trop d’importance à ces rôles, ces masques, en nous cachant derrière eux?

Nous nous efforçons souvent de nier ce que nous ressentons, par peur de souffrir ou d’être jugé et, surtout, pour être aimés. Mais, au bout du compte, en n’acceptant pas ce qui nous habite réellement, nous nous disons non à nous-mêmes, nous nous oublions et nous nous perdons. Est-ce possible d’être nous-mêmes, vrais et purs, avec notre tristesse ou notre joie, sans vouloir donner à nos émotions les couleurs que nous pensons qu’elles doivent avoir? Il faut lâcher prise sur ce contrôle; il est si facile de vouloir tout contrôler ou de nous composer un visage heureux quand, dans le fond, ça ne va pas trop. Certaines fois, il faut seulement vivre ce que nous avons à vivre, sans masque. C’est à chacun de nous de décider si nous voulons créer notre propre pièce de théâtre et la vivre pleinement.

Chaque état d’âme, chaque émotion a sa raison d’être. En portant constamment un masque, nous manquons de belles occasions de démontrer qui nous sommes réellement et surtout d’être vrais.

« Le monde du paraître est un théâtre de névrose. » (Raoul Vaneigem)

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut